Blogue E-180 | Un café social avec Julien

Pour retrouver l’article sur le blogue d’E-180, visitez le lien en cliquant ici. Merci à E-180 et Mélanie Mercuri, animatrice de communautés, pour cet article !

********

Demain, il lancera Café-Projets Montréal, un réseau permettant la rencontre entre des porteurs de projets, des entrepreneurs sociaux, des professionnels de la gestion & de la créativité et des collaborateurs. Ça vous intrigue? Pourquoi ne pas inviter Julien Hivon, l’instigateur du projet, à prendre un café ?

« Étudiant à HEC Montréal, je m’intéresse à la conscience sociale en Affaires. Sportif, ouvert d’esprit, et toujours motivé à rencontrer de nouvelles personnes. »

Offres : Être actif sur les réseaux sociaux

Cinq mots qui décrivent ce que tu as fait dans ta vie jusqu’à maintenant.

A « animé » des enfants pendant des camps d’été,
A essayé d’apprendre le québécois,
A organisé un Hold-Up sans jamais se faire arrêter,
A quitté la France pour venir étudier à Montréal,
A développé le bénévolat d’affaires à HEC

Quel genre de travail social fais-tu?

L’ensemble de mon implication dans les associations a pour but de favoriser l’échange entre le monde des affaires et l’économie sociale et solidaire. En utilisant la créativité, la passion, et la motivation des étudiants, j’essaie de connecter les acteurs de la sphère économique et les acteurs de la sphère sociale.

En quoi consiste Café-Projets Montréal, ton plus récent projet ?

Le Café-Projets est une rencontre entre des porteurs de projets, des entrepreneurs sociaux confirmés, des professionnels de la créativité et des collaborateurs. L’objectif est d’utiliser l’expertise et la solidarité de la communauté pour accompagner les porteurs de projets et susciter la génération de nouvelles idées. C’est l’occasion pour les participants de s’enrichir de l’expérience d’entrepreneurs sociaux, d’engager les citoyens dans la réalisation de projets inspirants, et de créer une communauté d’acteurs qui veulent changer le monde.

Qu’est-ce qui t’y a amené?

Un témoignage. L’éveil s’est produit suite à la lecture du livre Homme d’affaires malgré moi d’Yvon Chouinard. Malgré les difficultés, cet alter-entrepreneur s’est battu pour défendre ses valeurs, et instaurer une nouvelle façon de faire des affaires dans ce secteur d’activités très concurrentiel. Patagonia est aujourd’hui un modèle de réussite qui m’inspire énormément.

Quel est le lien entre ton projet et les médias sociaux?

Café Projets est un évènement, mais surtout une plateforme d’informations et d’échanges. Sur notre blogue, nous offrons une grande visibilité aux porteurs de projets et entrepreneurs sociaux grâce à des articles et à notre présence sur de nombreux réseaux (Facebook, Twitter). De plus, grâce aux médias sociaux, notre visibilité ne se limite pas à Montréal, puisque nous avons été contactés par des organismes de Rimouski ou de Mauricie.

Comment s’est fait ton apprentissage?

J’ai rencontré de nombreux acteurs très actifs dans l’économie sociale et solidaire qui m’ont donné les outils et l’inspiration pour développer mes divers projets. Les cours, les conférences, et les activités auxquels j’ai participé m’ont aussi permis de développer des habiletés de gestion et de communication. Enfin, les lectures et les recherches personnelles sont toujours de bons outils pour apprendre et adopter de nouvelles perspectives.

Mon apprentissage pour les médias sociaux s’est fait principalement de façon autodidacte. J’ai aussi appris lors de mes projets associatifs. Par exemple, dans mon rôle de Coordinateur de la 5e édition du Forum des Entreprises Socialement Responsables à HEC Montréal, j’étais responsable de la communication sur les médias sociaux avec les entreprises et les participants.

Quand deviens-tu « animateur de communauté »?

Je suis pratiquement tout le temps connecté. Même pendant les cours, je me permets de vérifier mes messages et d’y répondre. Merci de ne pas répéter ça à l’administration…

L’animation de communauté, est-ce que c’est passer beaucoup (parfois trop!) de temps sur les réseaux sociaux? Oui, entre autre, parce qu’ils sont des outils promotionnels et d’engagement exceptionnels pour qui sait bien les manier. Cécile Lazatigues-Chartier désire en ce sens comprendre leur impact et fonctionnement. À son tour, Éric Le Chasseur voudrait s’en servir pour inciter à la mobilisation sociale alors que Laurence Petit aimerait  plutôt les utiliser afin de faire connaître son entreprise.


As-tu des sites, projets, autres à conseiller?

Pour suivre l’actualité de l’économie sociale et solidaire, je conseille le site d’information Youphil.com.
J’aime bien aussi le projet Créateurs de Valeurs qui met en avant des entrepreneurs sociaux diplômés de HEC Montréal.
Je suis aussi les actualités de La 27e Région qui publie très régulièrement des billets sur l’innovation sociale.

Comment perçois-tu la première rencontre et donc la transmission de tes connaissances en la matière?

Un moment décontracté où chacun peut apprendre de l’autre. Je voudrais que cela soit ludique et interactif. Mais avant de transmettre mes connaissances, je trouve nécessaire de comprendre les besoins de l’autre. À partir de ces besoins, j’adapterai ma présentation.

Nous terminerons le billet par ce que tu souhaites apprendre. En deux lignes, peux-tu nous expliquer la raison?

Je souhaite mettre le design au service de l’innovation sociale. Pourquoi? Le design permet d’avoir un support visuel et compréhensible par tous, et l’innovation sociale est indispensable pour penser la ville de demain.

Design, infographie, illustration… tant de Communautés pour répondre à ce besoin sur E-180! Des Offres à ce sujet: en veux-tu, en v’la! : ) Antoine Malouin propose les notions de base du design graphique; Raed Moussa des acquis quant à l’identité visuelle; Lydie Itasse offre des connaissances en infographie et Djanice St-Hilaire en illustration. Il ne reste miantenant plus qu’à choisir.

On vous a déjà dit qu’il y avait des Membres inspirants sur E-180! Eh bien, on le répète parce qu’on est toujours étonné de voir le potentiel qui s’y trouve!

Posted on 23 mai 2012 in Médias, Nouvelles

Share the Story

Back to Top